La notion de hiérarchie n’existe pas chez le chat

La notion de hiérarchie n’existe pas chez le chat

La notion de hiérarchie entre les êtres est un concept humain. Cette vision des choses n’existe pas lorsqu’on se met dans la tête de l’animal.


Un chat ne domine pas un humain au même titre qu’un humain n’est pas le maître d’un chat.


la-notion-de-hierarchie

La première semaine de ma formation de comportementaliste vient de commencer. La notion de hiérarchie est un des premiers thèmes à être abordés. C’est une compréhension qui est à la base de tout l’enseignement qui découlera ensuite. Il faut pouvoir l’intégrer et l’expliquer. Il s’agit surtout de déconstruire pour reconstruire. Se défaire de tout ce qu’on a voulu nous apprendre dans la société sur notre rapport aux animaux.

Cette notion de hiérarchie est très utilisée chez le chien : un chien doit obéir à son maître. Cette croyance a été fondée sur l’observation des loups et de l’existence d’un mâle alpha. Nous verrons que cette conception est erronée.

Une nouvelle vision et nouvelle manière de cohabiter avec notre animal s’offrent à nous, alors profitons-en !


La notion de hiérarchie entre l’homme et le chat est inexistante


la-notion-de-hierarchie

 

C’est la première notion que l’on doit être capable d’expliquer en rendez-vous client. Il s’agit de la hiérarchie inter espèce. Souvent, les propriétaires de chats qui sont confrontés à un problème d’agressivité pensent que leur chat est dominant. Le travail de la comportementaliste sera alors d’expliquer que cette notion de hiérarchie n’existe pas dans la tête du chat. C’est une première étape très importante ! Si la personne souhaite avoir une meilleure compréhension de son chat, elle doit accepter de changer de regard.

1ère étape : Pensez chat !

En effet, si l’on veut bien s’entendre avec son chat, il est conseillé d’être capable de penser chat. C’est-à-dire se mettre dans la tête du chat pour comprendre son comportement. Le chat a bien conscience que vous n’êtes pas un chat et il ne lui viendra pas à l’esprit d’exercer une quelconque domination sur l’humain. C’est un concept qui n’existe pas chez lui. Donc, s’il adopte un comportement agressif, son propriétaire devra tenter de le comprendre et pouvoir le guider.

2e étape : Pensez le chat comme un membre de votre famille

De manière à bien assimiler cette cohabitation si spéciale entre un chat et son propriétaire, j’aime utiliser l’image d’une famille.

Au sein d’une même famille, tous les membres ont une place et un rôle à jouer. Pour le chat qui intègre un foyer, c’est la même chose. Le chat trouvera sa place. Son humain aura pour rôle de le guider en bon parent pour que la cohabitation soit harmonieuse. Sous un même toit, il n’existe pas de hiérarchie entre les générations, les liens se font de manière naturelle avec beaucoup d’amour et de compréhension. C’est exactement ce que le chat attend de ses humains de compagnie, de la compréhension et de la bienveillance.


La notion de hiérarchie entre les chats n’existe pas non plus


la-notion-de-hierarchie

 

Cette notion de hiérarchie intra espèce est de plus en plus remise en question chez le chat comme chez les autres animaux. L’avancée des recherches scientifiques effectuées par des éthologues et des vétérinaires nous apporte une plus belle compréhension des rapports entre les membres d’une même espèce.

Le chat est une espèce solitaire

Le chat n’est pas une espèce sociale, il n’est pas fait pour vivre en société. Il n’a pas cet instinct grégaire qui le pousse à sociabiliser avec les autres membres de son espèce. À la différence du chien ou de l’humain qui aura cette envie d’aller vers les autres, le chat n’en a pas besoin. Bien au contraire, le premier réflexe du chat sera d’éloigner toute espèce qui approchera trop près de son espace de vie.

On comprendra alors que la vie en meute ou en groupe n’existe pas dans sa tête et que la notion de hiérarchie y est également absente.

Les seuls cas exceptionnels où plusieurs chats seront amenés à cohabiter seront en cas d’absence de ressources vitales (eau, nourriture et chaleur) ou bien en milieu clos (refuge, pension, appartement).

Il existe tout de même des chats qui sont capables de cohabiter et de très bien s’entendre. Ce cas sera d’autant plus vrai s’il s’agit de deux animaux provenant d’une même fratrie.

En ce qui concerne les espèces grégaires comme les loups ou les chiens, les observations scientifiques laissent petit à petit de côté la notion de hiérarchie pour privilégier celle de famille.

Les espèces grégaires vivent en famille et non en meute

Le zoologiste américain David Mech qui avait émis l’hypothèse de l’existence d’un mâle alpha chez les loups revient sur sa théorie.

la-notion-de-hierarchie

Après avoir observé  des loups dans la nature à l’état sauvage il s’est rendu compte que le comportement des loups entre eux ressemblait à une grande famille plutôt qu’à un modèle de hiérarchie sociale. Il avait, dans ses premières années d’études, observé des loups en captivité et, dans ces conditions de survie, les mâles alpha prenaient le dessus et se nourrissaient en premier. Mais, plus tard, en observant les loups dans leur milieu naturel il fut surpris de s’apercevoir que leurs comportements avaient changé et que dans ce contexte naturel c’était les petits qu’on laissait manger en premier. La notion de hiérarchie disparaît donc au profit d’une cellule familiale bienveillante. (Pour en savoir plus : http://www.davemech.org/news.html

Nous, les humains, avons calqué les comportements des chiens sur celui des loups. Nous étions donc arrivés à la conclusion qu’il fallait faire preuve d’autorité et dominer son chien pour qu’il nous obéisse. La science nous montre petit à petit que c’est faux et beaucoup d’éducateurs aujourd’hui l’ont compris.


J’espère également avoir réussi à changer un peu les mentalités. Tout en sachant, que nous ne pensons pas tous à dominer nos animaux, mais il est encore courant d’entendre que nous sommes les maîtres de nos chats et de nos chiens. Si cet article vous a plu et convaincu, n’hésitez à partager autour de vous.

 

 

 



2 thoughts on “La notion de hiérarchie n’existe pas chez le chat”

  • Encore un peu plus de lumière sur nos chers compagnons. Pour notre part la notion de famille est bien intégrée. Par contre je pensais que notre grosse mimi se prenait bel et bien pour la chef de maison (doit manger avant tout le monde vers 6h00 du mat, se réserve les meilleurs coussins de la maison …). Me voilà donc rassuré et me tiens désormais au même niveau qu’elle. Bonne continuation.

    • Super ! Pour mimi vous remarquerez peut-être qu’il y a des heures où elle se réserve les plus gros coussins et des heures où elle est occupée à autre chose. Alors que si elle était « dominante » elle les surveillerait toute la journée sans que personne ne puisse y toucher.

Laisser un commentaire