Le problème de cohabitation de 3 chats

Le problème de cohabitation de 3 chats

 

J’ai suivi une comportementaliste dans un rendez-vous client : un problème de cohabitation entre 3 chats.

Comment se passe le rendez-vous ?

L’entretien avec la propriétaire des chats se fait à domicile. On a ainsi un bon aperçu de l’environnement dans lequel vivent les chats. C’est une maison proche de Meaux en Ile-de-France, plutôt spacieuse avec un jardin. La jeune-femme, possédaient déjà 2 chats avant d’y emménager et elle a profité du changement pour introduire un troisième chat. C’est en soi une bonne idée, car chacun peut ainsi se répartir le territoire de manière neutre et commencer la cohabitation sur de bonnes bases. Tout ne s’est pourtant pas passé comme prévu …

Premier contact : le questionnaire.

Nous nous installons autour de la table du salon et c’est une élève comportementaliste qui dirige le rendez-vous. Elle lui pose toute une série de questions : âge des chats, stérilisation, provenance des chats, fraternité, caractère des parents, vaccins à jour, problèmes éventuels de santé, alimentation, propreté, agressivité éventuelle, les habitudes de la maison, l’accès à l’extérieur etc …

Au fil des réponses, on peut déjà avoir une idée des problèmes auxquels elle est confrontée et entrevoir des solutions.

La problématique

Voici le problème : l’introduction du troisième chat se passe mal. Les deux premiers chats ne semblent pas l’accepter et le pourchassent dans la maison. Ce sont des femelles, toutes les trois et deux d’entre elles sont soeurs jumelles. Les soeurs : Lotus et Lila, forment une dyade, elles sont très fusionnelles et s’unissent pour pourchasser la 3e chatte : Mao.

comportement-chat-2

Résultat : Mao se retranche sur le haut du réfrigérateur de la cuisine et ne bouge plus de là. Elle y a élu domicile, son coussin y est installé.

Comment en est-on arrivé là ?

La situation actuelle n’est pas grave. Les interactions entre les chats sont plus de l’ordre de la prédation que de l’agressivité. Les jumelles ont pris l’habitude de dominer la situation. Il faut savoir que les deux soeurs ont été les premières à découvrir la nouvelle maison lorsque la cohabitation a débuté. Mao est arrivée juste une demi-heure après, mais ce genre de détail pour un chat ça compte !

Le centre du problème se trouve, et c’est souvent le cas, dans la relation avec l’humain. Ne sachant pas comment régler le conflit on veut intervenir pour ramener la paix. En agissant ainsi on risque de le renforcer au lieu de le stopper. On se lève, on crie ou on lance un objet en direction des chats. Résultat, on leur accorde toute notre attention. Dans la tête des jumelles, c’est gagné et pour Mao elle peut avoir l’impression qu’on crie sur elle aussi ce qui ne la motive pas à agir. De manière générale, le chat qui subit le conflit est considéré par l’homme comme une victime qu’il faut protéger et donc on l’infantilise. Cela ne lui laisse pas l’occasion de reprendre confiance en lui et de se battre jusqu’au bout pour manifester son désaccord.

L’appartement n’étant pas assez grand pour 3 chats à l’intérieur, les chats se répartissent le territoire comme ils le peuvent et Mao s’est justement approprié l’espace en 3 dimensions en montant sur le réfrigérateur. Heureusement que les chats peuvent vivre en 3D quand on pense qu’il leur faut au minimum 60 m2 pour se sentir bien !

nos-amis-les-animaux-ont-aussi-le-droit-a-leur-meubles16

On peut ajouter à la liste une mauvaise habitude que Lila, la soeur avec le plus de caractère, avait de jouer avec un laser. Je pensais que les chats aimaient ça également, mais c’est en réalité fortement déconseillé. Mais pourquoi ? Le chat se frustre, car il ne peut pas l’attraper, la lumière rouge ne se laisse jamais prendre alors que lui, il a l’habitude de chasser de vraies proies. Il finit excité et énervé, cela peut augmenter son agressivité à long terme. On comprend donc que c’est à éviter surtout dans un contexte de conflit.

La solution

Il faut essayer de casser la dyade, ce duo redoutable ! Le jeune-femme doit se débrouiller pour que Mao passe plus de temps avec Lotus dans un premier temps ; c’est la soeur qui l’accepte le mieux. Lila doit aussi s’habituer à Mao sans la présence de sa soeur jumelle. Et surtout il ne faut plus que l’humain intervienne. La propriétaire doit s’isoler dans une pièce ou aller faire un tour chaque fois qu’il y a une confrontation entre les chattes. Ce ne sera certainement pas simple au début car elle a pris l’habitude de s’immiscer dans le conflit. Si tout se passe bien la situation devrait se pacifier petit à petit, cela peut prendre 2 à 3 mois. Il va falloir être patient.

Fin de l’entretien

Avant de partir, nous la conseillons sur la disposition des objets pour chats dans la maison. L’emplacement des gamelles, des fontaines à eau, de l’arbre à chat. Pour résumer, les chats sont des prédateurs et se réfèrent toujours à ce qu’il se passe à l’extérieur. Ils aimeront donc avoir leur arbre à chat, leurs griffoirs et autres objets à côté d’une ouverture : porte ou fenêtre pour qu’il puisse avoir vision éloignée.

grivebaievitree_gillesbentz1_650

Pour les gamelles c’est pareil. En ce qui concerne l’espace en 3 dimensions, nous lui avons suggéré de mettre des étagères en hauteur accessibles dans la pièce de vie pour que chacune puisse occuper librement l’espace et ne plus lutter pour le territoire. Mao surtout sera plus à l’aise dans les airs les premiers temps.

Mes impressions

C’était mon premier rendez-vous et je suis satisfaite et très enthousiaste à l’idée de pouvoir continuer. Je vais suivre la comportementaliste dans plusieurs rendez-vous pour avoir une vraie idée du métier. Chaque situation est différente, et s’il est possible de poser des bases de comportement communes à tous les chats, chaque contexte et environnement doit être analysé minutieusement pour bien aborder la problématique. Je ferai régulièrement des comptes-rendus pour partager avec vous ces connaissances et les procédés d’analyses de situation.

J’espère que ce nouveau format vous a plu ? N’hésitez pas à me laisser vos impressions dans les commentaires. Au plaisir de vous lire.

 

 



19 thoughts on “Le problème de cohabitation de 3 chats”

  • Bonsoir. Je ne sais pas si je suis au bon endroit. Si je n’y suis pas, dis le moi je poserais ma question à l’endroit que tu m’indiqueras.
    Alors voilà, ma femme a reçu une petite maison à chat pour Mimine (Commandée sur internet). Nous l’avons installée sur le canapé sur sa litière c’est à dire où elle dort d’habitude. C’est donc le premier jour qu’elle cet intrus sur sa litière habituelle. Je lui ai déposé des friandises et des croquettes pour l’inciter à y entrer. Je ne connais pas la bonne méthode pour l’habituer. Es ce que ce serait préférable de mettre la maison à coté de la litière ou la laisser dessus la litière comme nous l’avons installée ?

    • Bonjour, merci pour votre question. Je ne suis pas encore très expérimentée mais je vais essayer d’y répondre avec les quelques connaissances que je possède pour le moment. Comme il est écrit dans l’article le chat aime avoir ses objets à proximité des ouvertures. Les griffoirs et arbres à chats seront postionnés de préférence face à une fenêtre. Je pene que cette règle peut s’appliquer également pour une maison à chat. Il aimera toujours avoir une vision étendue de ce qu’il se passe autour de lui à l’intérieur comme à l’extérieur. J’ai cru comprendre que vous avez mis la maison à côté ou au-dessus de la litière ? Je pense qu’il serait préférable de l’intsaller dans la pièce de vie (salon ou autres) près d’une fenêtre. Je ne sais pas à quoi ressemble la maison peut-elle être posée sur le sol ? La placer près de la litière ne me semble pas commode pour elle, les chats comme les humains préfèrent ne pas mélanger leur petit coin avec la salle de jeu ! Si l’emplacement du nouvel objet lui convient, elle ira d’elle-même occuper la maison. J’espère avoir en partie répondu à votre question.

  • J’ai un chatte de 6 mois n’accepte pas mes 2 petits chatons de 2 mois. Est ce normal? Que dois je faire? Kel attitude adopter? Merci de votre aide. Katia.

    • Bonjour merci pour votre question. C’est assez difficile de répondre ainsi à distance sans connaitre l’environnement des chats, leur caractère etc… Je peux seulement vous donner quelques conseils généraux qui sont les suivants : Il faut savoir que chaque chat a besoin d’un minimum 60 m carré d’espace pour se sentir bien. Je ne sais quelle est la taille de votre maison ou appartement mais pour qu’il y ait une bonne cohabitation il faut que chacun ait son espace. Les chats ont la chance de vivre en 3 dimensions donc faites en sorte qu’ils puissent grimper partout. Peut-être en achetant un grand arbre à chat. Faites en sorte de disposer les objets de chacun près des ouvertures. Exemple l’arbre à chat proche d’une fenêtre pour qu’ils bénéficient d’une vue étendue. Ensuite comme il est écrit dans l’article ne pas intervenir lorsqu’il y a une petite bagarre (à moins qu’elle ne soit trop impressionnante). Les chats vont d’eux mêmes régler leur différents et normalement parvenir à un équilibre. J’espère que j’ai pu vous aider un petit peu. Si la situation ne se règle pas il va falloir faire appel à un comportementaliste où habitez-vous ?

  • Bonjour chère culture chat ; déjà merci pour vos conseils, cela me fait penser à l’Homme, auquel on pourrait tout à fait, adapter cette méthode dans le monde du travail et même à l’école, lorsque deux élèves se liguent contre un autre. Merci pour vos articles.

  • Bonjour, Nous avons adopté il y a 1 mois, une calico née en juillet 2014, n’ayant jamais été en contact avec d’autres chats, abandonnée par ses maîtres à la SPA et stérilisée depuis 2 semaines. Elle refusait de s’alimenter depuis 1 mois, ne gardait pas ce qu’elle mangeait et avait perdu beaucoup de poids, déprimait et était très craintive. Au contact de notre tricolore croisée persan joueuse et très sociable née en août 2014 et stérilisée en janvier 2015, cette calico s’est montrée agressive envers notre tricolore et nous mais a vite repris de l’appétit, du poids, le goût du jeu… Aujourd’hui, calico et tricolore sont séparées chacune dans une moitié de l’appartement car la calico agresse systématiquement la tricolore qui ne se défend pas et prend peur. Nous craignons que notre tricolore soit blessée à force de coup de pattes/griffes dans la tête ou retombe malade à cause du stress. Nos 2 minettes sont choyées temps, affaires personnelles, accès fenêtres, même croquette et pâtée… mais nous nous interrogeons sur la possibilité de notre calico à vivre paisiblement avec notre tricolore sans la terroriser. Les jours passent et nous constatons quelques mimétismes entre les 2 (besoins, nourriture, eau quasi en même temps malgré les pièces séparées). Nous leur avons mis les mêmes petites affaires, jeux… en invertissant pour qu’elles acceptent chacune leur odeur. Comment procédez ? Nous avons testé de leur donner à manger en rapprochant les gamelles, testé Felifriend, Feliway… A chaque fois, nous sommes obligés de les séparer, la calico m’a même attaqué et blessé aux mains car la tricolore s’est naturellement cachée derrière moi. Merci pour vos précieux conseils.

    • Bonjour,
      Merci pour votre message.
      Dans un problème de cohabitation comme celui-ci, il faut souvent laisser la nature faire son travail même si cela fait peur et peut paraître difficile.
      Vous ne devez pas intervenir dans les bagarres. Il n’y a jamais de mise à mort entres les chats, il peut seulement arriver qu’elles se blessent.
      Le fait de séparer les chattes ne fait qu’empirer la situation. Elles doivent pouvoir se voir et se tester.
      Essayer donc d’ouvrir les portes et de ne pas intervenir lors des bagarres. Même à l’issue d’une bagarre il ne faut pas se ruer sur les chats pour les consoler ou les gronder. Cela ne fera qu’aggraver la différence de traitement. Il n’y a pas de dominant/dominé chez les chats, il y a seulement une habitude de faire qui est prise en fonction de l’humain car si vous êtes intervenus, vous les avez habituées à un schéma d’attaque particulier. Essayer de changer vos habitudes et de les laisser faire.
      Si la situation ne s’améliore pas demander à une comportementaliste d’intervenir à domicile pour analyser la situation sur place.
      Où habitez-vous ?

Laisser un commentaire